Suivi du Rucher Ecole 2020

Suivez l’évolution du Rucher Ecole en consultant les comptes rendus de Pascal Binon suites aux visites régulières du rucher-école au Pradel.

 

Récolte au Rucher-Ecole du 25 juillet

Pour ceux qui n’étaient pas présents au Pradel pour la récolte.
Cela s’est passé comme prévu dans une ambiance très chaleureuse.
La quantité de miel avoisine les 250 kgs pour 15 ruches productives, soit une moyenne d’un peu plus de 16 kgs par ruche.
Compte tenu du manque de ressources dans l’environnement, cette modeste moyenne est tout à fait satisfaisante et n’avait pas été atteinte depuis de nombreuses années.
Cela est dû bien entendu aux conditions climatiques un peu plus favorables cette année, à un suivi pointu de chaque colonie lors des visites régulières effectuées depuis le printemps (un merci particulièrement à Claude qui était présent chaque fois), à une limitation des prélèvements effectués pour la constitution d’essaims du fait de la suspension des cours conjugué à une très faible propension à l’essaimage (une seule colonie a essaimé et nous avions eu la chance d’être présents ce jour là…).
Il est aussi important de souligner que, contrairement à l’an dernier où nous avions été obligés de nourrir après la récolte (et même de constater la mortalité par famine de plusieurs essaims ce jour là…), cette année, les corps de ruche sont bien chargés en miel (mais pas en pollen). Nous pouvons donc être sereins pour l’avenir du rucher. Nous avons maintenant 20 belles ruches, une colonie faible (celle dont nous avions changé la reine) et 8 double mini+ qui fonctionnent.

Un grand merci à tous ceux qui ont participé à la fin de la récolte en présence de Michel Pastré du Dauphiné Libéré, qui ont mis du cœur à l’ouvrage pour la désoperculation, l’activation de l’extracteur et le remplissage des maturateurs, dans la bonne humeur.
Merci aussi à Jean-Luc qui a activé le barbecue sous un soleil ardent, a procuré une viande de qualité et surtout qui a su nous mettre de bonne humeur.
A bientôt pour la mise en pots et le traitement acaricide du rucher en août.
Amicalement,
Pascal

 

Compte-rendu visite du rucher-école du 29 mai

Avec Claude, nous avons fait la visite des ruches du Pradel ce matin, dans des conditions idéales.
Nous avons constaté très peu d’activité, avec quasi plus de rentrées de pollen. Il a pourtant plu (57 mm en mai) et le paysage est bien vert partout…
A l’ouverture des ruches, comme nous nous y attendions, les hausses ajoutées fin avril étaient vides. Autrement dit, il n’y a que les 8/9 ruches a deux hausses qui ont un peu de miel en première hausse…
Nous avons tout de même ajouté une deuxième hausse à la A2 (numérotation dans CR précédent ci-dessous), sans conviction…
Les 3 ruches faibles ou bourdonneuses ont été supprimées ( les B4, B8 et C5).
Nous avions prévu de remplacer des reines de colonies pas assez développées, mais nous avons vu que toutes fonctionnaient et ne demanderaient qu’à travailler si la ressource le permettait.
De toute façon, les mini + étaient à cours de provisions et les reines avaient pour la plupart arrêté la ponte par manque de pollen. Il aurait été difficile de juger de leur valeur et cela aurait compliqué leurs acceptations.
Nous avons été contraints de nourrir la plupart des mini + ainsi que les colonies sans hausse.
Voila pour ce compte rendu pas très réjouissant (comme ces dernières années après l’acacia; le manque de ressources est flagrant).
En repartant, j’ai vu quelques petites parcelles en début de 2ème floraison du sainfoin, mais nous savons que l’habitude est de le couper rapidement ou d’y mettre les chèvres. Quant à la grande parcelle de luzerne sous le rucher, semée en 2018, elle a été retournée et semée en orge! Normalement une luzernière dure au moins 5/6 ans.
Pascal

 

Compte-rendu visite du rucher-école du 1er mai

Comme annoncé, avec Claude, nous avons procédé à la 3ème visite très rapide compte tenu de la fenêtre météo assez étroite cet après midi.
En fin de matinée, j’avais dégagé devant et derrière les ruches, car la végétation exubérante et trempée aurait gêné la visite. Les abeilles étaient aussi gênées, en particulier devant la rangée de gauche ou les cerfeuils des ânes mesuraient plus de 2 mètres de hauteur.
Ensuite, j’ai fait le tour du rucher et jeté un rapide coup d’œil pour repérer quelles colonies avaient besoin d’une hausse.
Avec Claude, nous avons préparé 3 hausses supplémentaires avec les derniers cadres de hausses disponibles.
Ainsi, nous disposions de 11 hausses. lorsque le soleil est revenu, nous avons ajouté 8 de ces hausses sur les ruches qui en avaient besoin. Il en reste donc 3 pour la suite.
Comme les conditions étaient à peu près correctes, nous en avons profité pour vérifier la ponte de quelques reines 2020 nées début avril, ainsi que de l’essaim naturel récupéré début avril.
Nous avions repéré une colonie avec un couvain dispersé et un peu de loque européenne. Claude a cherché et éliminé la reine et l’a remplacée par celle d’un double mini plus, qui a ainsi pu être divisé.
La prochaine et ultime visite avant récolte du miel aura lieu vers début juin. Ce jour là, nous veillerons à ce que chaque colonie ait encore un peu de place dans les hausses, au cas où une miellée surviendrait. Nous vérifierons les pontes des reines nées deuxième quinzaine d’avril et en profiterons pour remplacer les reines des colonies n’ayant pas réussi à produire ou à se développer suffisamment, et ainsi pouvoir regrouper les mini plus sur deux compartiments.
Côté végétation, c’est maigre comme d’habitude. Les acacias sont en pleine floraison, mais comme ils ont pris l’eau, la miellée ne devrait pas perdurer… La prospection faite dans le rayon d’action des abeilles a juste permis de trouver un grand champ de sainfoin en début de floraison, à quelques centaines de mètres à droite de la route en direction de Villeneuve de Berg, c’est tout…
Je complète de CR par le détail ci dessous.
Amicalement,
Pascal

côté gauche A
ruche 1, reine 2020, couvain OK, fille de A8
ruche 2, une hausse
ruche 3 2 hausses
ruche 4 2 hausses
ruche 5 2 hausses
ruche 6 une hausse, reine à changer
ruche 7 très belle reine 2020, fille de C2, sur 4 cadres avec très beau couvain.
ruchette 8, ajouté haussette, car conditions un peu justes pour transvaser, mère de A1, avait été déplacée lors de la première visite.

Au milieu B
1, une hausse
2, 2 hausses
3, reine changée aujourd’hui
4, ruchette suite au transvasement sanitaire de la visite précédente, bien affaiblie, remérage en cours, à revoir
5, 2 hausses
6, une hausse
7, une hausse
8, ruchette, fille de C2, reine mal fécondée ou ouvrières pondeuses, à revoir.
9, ruchette, fille de C2, beau couvain.

A droite, C
1, 2 hausses
2, ruchette essaim naturel, sorti de la colonie dont nous avons réparti les CR en A7, B8 et B9, beau couvain.
3, une hausse
4, une hausse
5, faible, non viable
6, 2 hausses
7, 2 hausses

Donc, au total, 23 hausses sur les ruches, 3 en attente pour la visite suivante. 15 colonies sont aptes à produire du miel.

Côté mini plus, 13 dont 9 reines en cours de fécondation, 2 orphelinées aujourd’hui et 2 sur deux niveaux avec reines en ponte.

Pascal